Le mystérieux champ de pommes de terre

 

 

Comme promis, voici un des articles que j’ai écrits lors de mon voyage avec mes nouveaux amis les gitans. Il s’agit d’une histoire incroyable!

Le troisième soir du voyage, la caravane s’est arrêtée près d’un champ. Nous avons fêté autour du feu, puis nous sommes allés nous coucher. Le lendemain matin, en allant nourrir les chevaux, mon ami Puello et moi avons remarqué que le champ était recouvert d’un épais brouillard.
Nous avons vu une silhouette se déplacer dans ce brouillard, et nous avons décidé de nous approcher. Puello m’a fait remarquer qu’il s’agissait d’un champ de pommes de terre.

Nous nous sommes engagés dans le champ, entre deux rangées de plants. Trois jeunes enfants sont apparus devant nous, émergeant du brouillard. Ils avaient les cheveux blonds et ils étaient vêtus de vêtements bruns.

Les enfants du champ de pommes de terre.

Comme ils avaient l’air perdus, je leur ai demandé s’ils avaient besoin d’aide. Ils m’ont répondu que nous devions les suivre, Puello et moi. En tant que journaliste, j’ai voulu leur demander de m’expliquer ce qu’ils faisaient seuls dans ce champ de pommes de terre isolé, mais ils ont refusé de me raconter leur histoire. Ils répétaient que nous devions les suivre jusqu’à leur chef.

J’ai décidé de les suivre sans hésitation. Peut-être que leur chef accepterait de m’accorder une entrevue pour le journal! Puello n’était pas d’accord avec moi; les enfants étranges le terrifiaient. Il a décidé de s’enfuir. Je l’ai vu disparaître dans la brume, puis j’ai entendu un cri. Un instant plus tard, mon ami revenait vers moi, escorté par une dizaine d’enfants blonds.

Nous avons suivi nos guides pendant un long moment. L’odeur des pommes de terre fraîches embaumait l’air. Nous sommes arrivés dans une sorte de clairière aménagée dans le champ. Plusieurs plants de pommes de terre avaient été arrachés. Les enfants nous ont obligés à nous avancer jusqu’au centre de cet endroit dégagé.

Puello se tenait derrière moi, comme s’il voulait que je le protège d’un danger potentiel. Les enfants se placèrent en cercle tout autour de nous, et attendirent quelque chose. J’ai remarqué qu’il y avait un panneau de bois sur le sol, près de nous. Le panneau s’est ouvert subitement, nous révélant qu’il s’agissait en fait d’une porte qui cachait un tunnel.

Un vieil homme à demi chauve en est sorti. Il nous a regardés, Puello et moi, en fronçant les sourcils. Il nous a ensuite souri, en nous offrant un large panier rempli de pommes de terre.

Lorsque j’ai accepté le panier, les enfants se sont tous dispersés dans la brume, et le vieil homme est retourné dans son tunnel. Puello m’a attrapé par le poignet et m’a incité à quitter le champ au plus vite. Nous avons facilement suivi nos traces en sens inverse dans la terre meuble du champ de pommes de terre.

Une fois de retour à la caravane, où nous amis nous attendaient, nous avons repris la route. Je garderai de bons souvenirs de cette contrée inconnue où les cultivateurs nous offrent des pommes de terre lorsque nous nous aventurons dans leur champ, plutôt que de nous chasser.

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s